Sherlock Holmes selon Christophe Guillon



Qui est Sherlock Holmes ?


C’est une question trop vaste, il faudrait 5 jours pour y répondre… ou s’appeler John H. Watson.

Holmes est un personnage qui manie l’art de la contradiction ; il peut être à la fois Dandy et voyou, sombre et lumineux, enthousiaste et désespéré, ou encore adulte et garnement. Bien qu’ayant une haute estime de sa personne, il se sait habité par de nombreux démons et redoute les moments de solitude pendant lesquels il se trouve confronté à lui même. L’humour, l’action, et un fidèle ami lui permettent d’échapper à l’inactivité, synonyme de douloureuse introspection.

J’ajouterais que c’est un héros éminemment moderne, le rebelle par excellence. Il ne se soumet ni aux institutions ni à l’autorité, refuse la pensée unique et, si il le faut, se bat seul contre tous pour que jaillisse la vérité. On peut dire qu’il y a du panache en cet homme, et ce n’est pas un hasard si il fascine autant les nouvelles générations et inspire toujours bon nombre d’auteurs.


Est-ce un surdoué ?


Oui! Ce don est d’ailleurs dans son ADN, puisque son frère ainé Mycroft possède des facultés de déduction supérieures à celles de Sherlock. Seulement Mycroft, à la différence de son cadet, n’est pas un homme de terrain, c’est un politicien. D’ailleurs Sherlock dit de lui que c’est « le gouvernement Britannique à lui tout seul ».

Bien qu’il soit régulièrement confronté à des situations étranges et « surnaturelles », le talent de Holmes réside dans son pouvoir d’observation et d’analyse du concret, et dans sa capacité à en faire naitre la juste déduction.

Maintenant, comme beaucoup de surdoués, il s’ennuie rapidement et rien ne lui fait plus peur « qu’une crise aigüe d’ennui ».


Pourquoi as-tu choisi Holmes ?


C’est grâce à Christian Chevalier, co-auteur du « Secret de Sherlock Holmes ». Il a souhaité que je mette en scène une de ses pièces, intitulée « 221B ». Pour cela j’ai lu la totalité de l’œuvre de Conan Doyle consacrée à Holmes (le canon), et la richesse de cet univers m’a aussitôt captivé, charmé. En parcourant les nouvelles et romans de Doyle, on « lit des films d’aventure » ; rien d’étonnant que ce grand auteur écossais ait si souvent été adapté à l’écran. Lorsque vous découvrez ces écrits, mélange unique de terreur, d’humour, d’insolence, de suspense et de fantastique, comment résister à l’envie d’y puiser la source de futures créations… et récréations. Et que dire du duo Holmes-Watson, couple mythique de la littérature mondiale ? Avec ces deux gaillards des thèmes aussi variés que l’amitié, la trahison, l’amour, la vengeance, l’addiction, ou la justice peuvent être abordés.

En résumé, choisir de « jeter l’encre » du côté du 221b Baker Street, c’est choisir d’explorer un monde jubilatoire où derrière chaque meuble se cachent des instantanés de plaisir.


Quels sont les autres auteurs que tu apprécies ?


Marcel Achard, Anouilh, Guitry ou Audiard qui représentent l’esprit Français, d’ailleurs dans la pièce j’ai essayé d’écrire de l’humour British avec l’esprit Français.

Posts récents

Voir tout